Modele de statut syndicat cgt

Pour les partis au gouvernement, ce n`est pas un problème majeur. Historiquement, l`État a été vu, et s`est représenté lui-même, comme le garant de l`intérêt général. Comme nous l`avons fait valoir ailleurs (Parsons, 2002), il y a des racines historiques profondes à cela, produisant un discours puissant sur le rôle de l`État en France qui a entraîné un certain soupçon d`intérêts organisés, et une centralisation conséquente de pouvoir décisionnel. En vertu de la cinquième République, établie en 1958, de Gaulle rejeta toute revendication de groupes d`intérêt pour déterminer la politique, affirmant que même le plus représentatif manquait d`autorité et de responsabilité politique, par opposition à l`État qui, seul, pouvait incarner et servir l`intérêt national. D`autre part, il a accepté qu`ils soient consultés sur la politique. Toutefois, le tableau général a été l`une des politiques hautement centralisées et dominées par l`État (Hazareesingh 1994, p. 151 à 152; Knapp et Wright, 2006, p. 321). Depuis les années 1980, l`état des jacobin est peut-être sous pression, à l`extérieur de la mondialisation et de l`européanisation et à l`intérieur des politiques étatiques de décentralisation, de déréglementation et de privatisation, mais les syndicats n`ont pas été en mesure de capitaliser sur cette les mêmes développements les ont affaiblies (Parsons, 2005, 2013). Dans les limites susmentionnées, les liens entre les partis et les syndicats ont souvent été conceptualisés en termes d`échange coûts-avantages (voir, par exemple, Allern et coll., 2007). Ainsi, pour les parties, des liens étroits avec les syndicats donnent accès au soutien électoral, car les membres peuvent être mobilisés pour voter pour le parti, ainsi que, dans certains cas, apporter un soutien financier et de l`aide lors des campagnes électorales.

Pour les syndicats, les avantages peuvent impliquer une adhésion accrue si le parti encourage cela et, en particulier, l`influence sur les politiques du parti. Du côté des coûts, une partie doit prendre en compte la possibilité d`aliéner d`autres groupes d`électeurs ou d`éventuels partenaires de la Coalition s`il est perçu comme le parti du syndicat, et le potentiel de faire des promesses politiques qui peuvent entrer en conflit avec d`autres priorités. Pour les syndicats, le principal risque réside dans l`aliénation des membres actuels et potentiels et dans la perte de la liberté de demander des arrangements avec d`autres parties qui pourraient offrir une meilleure affaire. Les modifications des calculs coûts-avantages affecteront donc les relations entre les parties et les syndicats. Tout au long du processus de consultation, macron espérait capitaliser sur les divisions existantes entre les syndicats en offrant à la CFDT et à l`EFFC plus susceptibles d`influencer le contenu des réformes en échange de la coopération. Dans une certaine mesure, il a réussi. Le CFDT a exprimé sa déception face aux réformes, mais ne se joindra pas à l`appel à l`action de la CGT le 12 septembre.

Découvrez aussi :

    Aucun article similaire trouvé